Je confesse, je suis une hipster porn

Ces derniers temps j’ai beaucoup vagabondé sur des tumblr, et j’en suis parfaitement fan. Mais lors d’échanges avec un inconnu qui nourrit la même passion que moi, je me suis rendue compte que je n’aimais pas tous les tumblr de cul. Alors, bien que je promis en ces pages de révéler que les sexualités masculines et féminines se rapprochent irrémédiablement au fur et à mesure que la société avance, il me semble que je suis encore bien fémininement marquée.

Entre fille et hispter, j’ai du mal à me positionner

Parce que hier soir, je suis tombée là-dessus et je me suis dit que ça détronnait presque mon fuckmelikethat favori (j’ai bien dit presque).

Mais par contre, lorsque je me balade sur les liens que m’a gentiment partagé mon homologue masculin, l’ennui me gagne un peu. Alors, est-ce parce que je suis une fille avec une essence de féminisme, et que la femme vulgarisée au statut d’objet manque de m’exciter ? Ou suis-je une hispter qui ne jure que par une photo léchée ?

Franchement, j’ai du mal à saisir la limite entre ces deux propositions. Mais j’observe les mêmes tenda

nces lorsque je cherche du porno qui m’excite, et ces derniers jours j’ai du mal à trouver le sacré graal. Toujours baldinguée entre mon envie de voir de belles images, entendez que je me suis habituée aux scènes tournées avec un Mark2, et des gros plans, du cul, mais un peu sensuel quand même. Finalement, je crois que cela dépend des jours, et en ce moment, les meufs qui se font claquer, même lorsque c’est par mon très cher Manu, cela ne fait plus son effet.

Pour élargir mon argumentaire, je me suis penchée ( et perdue comme souvent ) sur le Tag Parfait et suis re-tombée sur cet article, « la femme est un homme comme les autres« , qui m’avait beaucoup touché à sa première lecture. Et, de façon étonnante, je me reconnais aussi bien dans l’auteur de l’article, qui défend l’envie d’un porno plus « féminin » que dans la jeune fille qui commente et dit aimer du hardcore, comme un mec en somme. A ce propos, aujourd’hui, sur Twitter, une jeune twittos qui se dit « enragée« , m’a haranguée, d’une façon que j’ai reçue assez violente, même si je sais que c’est plus Twitter-troll style. Elle m’accusait, citation à l’appui, de n’être que l’avatar d’un homme qui se ferait passer pour une femme. Ma première réaction fut de l’ordre de la vexation : « quoi, mon style ne transpire t’il pas de féminité ?« . Puis, remarquant que sa réaction avait été provoquée par ma capacité à jouir en trois minutes devant un film porno, j’ai compris que la méprise ne venait pas de ma prose, mais bien du fond, d’un univers qui devait lui être inconnu. Et là, c’est encore une fois une sorte de féminisme qui va ressortir, mais n’est ce pas typique de la domination masculine, intégrée par les femmes que de se dire, qu’une femme qui jouit, et assume sa jouissance, comme un homme, ne peut vraiment être une femme. Jeune fille, si vous d’aventure vous me lisiez, je vous refuse le droit de nier ma féminité !

En conclusion, le fait d’apprécier une photographie de gout, est liée à une forme de sensibilité, qui peut faire de moi une hipster, ou une femme, et surement les deux, je le confesse, mais je l’assume pleinement ! Mais je ne suis pas que cela, je suis multiple, et c’est aussi ça qui fait de moi une putain de femme.

Et, pour finir sur une note un peu moins coup de gueule, je partage un son qui se dit Funcky Porn et que j’ai découvert via Twitter ( comme quoi, Twitter nourrit grandement ce blog ). Je trouve la prod pas mal, et le concept assez drôle.

Publicités