Manuel Ferrara ou la réconciliation entre acteur et porno

S’il y a une complainte largement partagée dans cette chère société de la liberté sexuelle, c’est celle du manque de verve des acteurs pornos. Tout se passe comme si, associé au terme porno  le mot acteur perdait ses implications artistiques. Comme si, lorsque vous êtes un acteur porno, vous ne deviez plus jouer des sentiments, faire partager avec votre public des émotions humaines, rechercher l’empathie en dévoilant son soi profond comme tentent de le faire les élèves de l’Actor Studio, en suivant cette bonne vieille méthode d’Ela Kazan. Non, lorsqu’il est porno, l’acteur est ni plus ni moins un sportif, mais pas de ceux qui gagnent les jeux olympiques, avec qui l’on pleure de joie ou de peine lorsque la haie ne fut pas parfaitement sautée. Ce sont des sportifs de salle de sport, une monstration de performances froides et sans implications autres que corporelles.

Je performe donc je suis, semble être le message passé dans ces scénettes X dont nous ne discuterons pas ici la pauvreté scénariographique. Il n’est pas question d’établir une dichotomie genrée, car oui, les femmes aussi peuvent jouir en se masturbant devant ces gros plans de chaires lubrifiées et turgescents. Mais voilà, combien de fois cette jouissance fut gâchée par ce trop plein de maquillage, par ce muscle trop tendu pour être vrai, par ce visage sans émotion, cet homme dont on cache le visage justement, comme si les hommes devaient être ramenés tout entier à leur phallus.

Voilà, nous avons la prétention de croire qu’un acteur est censé jouer avec des émotions, que pour se faire il doit se mettre dans la peau d’un personnage. Malheureusement, dans le genre pornographique le seul personnage rencontré est presque toujours un  chibre sans ame, un trou sans fond, un corps qui aurait perdu sa substantifique moelle.

Face à cette pantomime, la première solution est le porno pour filles comme certains de mes amis me le font remarquer. Car avec romantique vient la notion de sentiment, et les choses sont alors bien plus agréables. Mais, il manque ici, la notion hard. D’ailleurs, si nous devions trouver le tag parfait, comme le fait le célèbre blog, ce serait certainement : #hard #romantique. Ces sentiments ne doivent pas éliminer ce qui fait l’essence du porno, cette nécessité cru et sauvage qui lui donne sa saveur.

#Ferrara : le tag parfait

Il n’est pas question de refaire sa bio ici, Wikipedia le fait très bien. Il est uniquement important de noter que Manuel est la fierté française en terme de porno, puisqu’il a su conquérir le marché outre-Atlantique. Mais surtout, Manuel Ferrara, est le réconciliateur, notre tant attendu acteur porno. Il est celui qui ne touche pas comme s’il était question de silicone. Il est celui qui baise comme il est possible de rêver de le faire dans un fantasme à la fois simple et déluré. Il est celui qui remet de l’humain au coeur de cette opération chirurgicale. Pour vous en convaincre il est possible de vous montrer cette magnifique scéne de parking durant laquelle l’amour est palpable.

Mais notre argumentation sera bien plus forte si vous tapez Manuel Ferrara dans n’importe quel plateforme de vidéo X. Quelle que soit la situation, il est là, hinc et nunc. Cet homme respire le cul tout simplement. Mais cela n’est pas lié une question de performance ou de taille de sexe. Cette odeur  est celle propre à la rencontre, celle où deux êtres ce sont croisés et on pu l’espace d’un instant, ensembles, dépasser la condition humaine. Ce mec c’est Eros dans sa forme la plus pure. 

Publicités